Témoignages

Web_Buttons_Inc-1-Fotolia_332178.148Sortir du chômage de longue durée : 3 candidats témoignent

 Le chômage de longue durée touche de plus en plus de chercheurs d’emploi. Pour mieux comprendre cette recherche de job au long cours, et ce qui peut permettre d’en sortir, nous donnons la parole à 3 candidats aux profils très différents qui ont retrouvé un poste.

Nicolas Chaboteaux« Le monde continuait de tourner sans moi… »

Aujourd’hui secrétaire général adjoint dans une SSII, Nicolas Chaboteaux est resté au chômage pendant près de deux ans et demi. Entre périodes d’incertitude et élans d’aplomb, cet ex-chercheur d’emploi raconte cette tranche de vie.

Quel élément déclencheur vous a permis de retrouver un poste ?

Dès lors que je me suis ouvert aux autres, mon attitude a changé et j’ai réussi à affronter les obstacles qui se dressaient devant moi. J’ai trouvé le courage de prendre au mot la dirigeante de mon entreprise actuelle, lorsqu’elle a annoncé dans les médias qu’elle était prête à recruter n’importe quel chômeur qui la contactait… Je lui ai envoyé ma candidature, l’ai relancé à plusieurs reprises en faisant référence à sa promesse, jusqu’à ce qu’elle me reçoive en entretien.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant votre recherche d’emploi ?

Lorsque ma recherche d’emploi s’est éternisée, je me suis senti exclu et inutile car le monde continuait de tourner sans moi. J’avais beau avoir occupé, dans le passé, des postes à responsabilités et monté deux sociétés : je me sentais impuissant car personne ne donnait suite à mes candidatures. Pour éviter de me morfondre, j’ai créé l’association Chômeurs Actifs car je souhaitais aider les autres à retrouver, comme moi, une forme d’énergie.

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?

Appeler les recruteurs et se déplacer dans les entreprises afin de montrer sa motivation peut permettre de se démarquer.Avec le recul, je m’aperçois également qu’entretenir son réseau est primordial : le bouche-à-oreille fonctionne généralement bien lorsqu’on cherche un poste dans le secteur d’activité dans lequel on évolue depuis plusieurs années.

Margaux Héaulme « En activant mon réseau, j’ai réussi à décrocher un poste »

Pendant un an, Margaux Héaulme a essuyé plusieurs échecs. En élargissant ses recherches, cette jeune diplômée a toutefois retrouvé un emploi. Aujourd’hui chargée de projet chez SLS Groupe, elle revient sur cette période de transition.

Quel élément déclencheur vous a permis de retrouver un poste ?

J’ai discuté, au cours d’une soirée, avec une personne travaillant pour un prestataire technique intervenant dans les domaines du son et de la lumière. Elle m’a parlé de son entreprise, m’a donné les coordonnées directes du dirigeant et m’a proposé d’envoyer ma candidature en précisant son nom. En activant mon réseau, j’ai donc réussi à décrocher un poste.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant votre recherche d’emploi ?

En l’espace d’un an, je n’ai jamais été reçue en entretien ! Le secteur que je souhaitais intégrer, en l’occurrence celui du spectacle vivant, n’offrait pas beaucoup d’opportunités. Les rares fois où il y avait des offres d’emploi, je savais, lorsque j’envoyais mon CV, que j’étais en concurrence avec 200 autres candidats, sûrement plus expérimentés, ce qui était difficile moralement. C’est d’ailleurs ce qui m’a encouragé à élargir mes recherches.

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?

Mon expérience m’a appris que relancer les recruteurs après leur avoir envoyé une candidature est primordial. Puisqu’ils sont très sollicités et que la concurrence est rude, je pense qu’il faut redoubler d’efforts pour montrer sa motivation, quitte à se rendre directement dans l’entreprise pour se faire connaître…

Gérard Baracska« J’ai travaillé la façon de structurer mon discours »

Gérard Baracska a plusieurs fois été confronté à de longues périodes de chômage. Aujourd’hui en poste en tant que chargé de mission RH chez Brother France, il explique les leviers qui lui ont permis de retrouver un emploi.

Quel élément déclencheur vous a permis de retrouver un poste ?

Après une période d’inactivité de deux ans, j’ai pris une feuille blanche et couché sur le papier les compétences dont je disposais. Je les ai ensuite hiérarchisées en dix mots-clés. Ce travail de synthèse m’a permis d’avoir un point d’accroche lorsque je rencontrais des recruteurs. En me filmant avec mon téléphone, j’ai également travaillé la façon de poser ma voix et de structurer mon discours afin de mettre mes interlocuteurs en confiance.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant vos périodes de recherche d’emploi ?

Je me suis senti infirme car les candidatures que j’envoyais aux entreprises ne suffisaient pas à convaincre les recruteurs. Le plus frustrant c’est que j’avais fait un gros travail sur mon CV : il était bien marketé et visuellement attractif.

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?

Être créatif ! Pour ma part, j’ai lancé État d’esprit, une société de conseil spécialisée dans la formation, le coaching et le management de transition, qui m’a permis de me différencier sur le marché de l’emploi et de décrocher le poste de chargé de mission RH que j’occupe actuellement en portage salarial.